ScreenHunter_137 Apr. 15 11.15

Beaucoup d’entre nous se posent la question de savoir ce qu’il y a après la vie…et donc, avant.

La réponse est assez simple. Il n’y a pas plus de vie avant qu’après. Il y a la vie ni plus ni moins qui s’exprime sous différentes formes.

La notion de réincarnation est vue souvent comme une nouvelle vie, un nouveau départ mais, en réalité, rien en s’arrête à proprement parlé. La vie continue à travers une série d’enveloppes corporelles alors que l’esprit ne s’arrête pas d’exister.

Quand vous allez dormir, l’esprit ne s’arrête pas pendant que le corps se repose et le lendemain matin, le corps se remet en mouvement sans avoir été affecté par la présence de l’esprit. Cependant l’esprit dont très peu d’entre nous sommes conscient est voilé par notre mental et les rêves (suite de pensées souvent incohérentes) qu’il génère.

Nous passons alternativement d’une expérience de veille à une expérience de sommeil et ainsi de suite sans être affecté par ce cycle.

C’est ainsi que tout se répète pendant quelques décennies. Mais, rien ne s’arrête vraiment d’exister.

Quand le corps s’éteint, le mental se dissout progressivement pour laisser place à la pure nature de l’Esprit. Cet aspect que peu d’entre nous avons eu l’occasion de reconnaître notre vie durant et qui, une fois de l’autre côté du miroir, nous est difficile d’accepter.

Quand nous reprenons une nouvelle enveloppe, la conscience mentale oublie une grande partie des expériences précédentes. Heureusement d’ailleurs, car nous risquerions de devenir des êtres totalement névrosés et culpabilisés par l’ensemble de nos expériences passées.

Ce que nous appelons la mort est simplement le passage d’un cycle de vie à un autre cycle de vie inconsciemment ressenti comme le passage de la veille au sommeil puis du sommeil à l’éveil.

La vie se perpétue sous différentes formes et nos expériences les plus intenses gardent une empreinte indélébile et utile pour la vie suivante.

Nous sommes le fruit de notre passé, mais également l’artisan de notre avenir. Nous récoltons le fruit de nos actes et de nos pensées afin de nous aider à prendre réellement conscience de l’impact que notre vie peut avoir sur la vie des autres êtres manifestés.

Même la forme que prendra notre future enveloppe portera les « stigmates » de nos expériences importantes passées tant agréables que désagréables.

En ce sens, il n’y a pas de jugement dernier, il y a un jugement permanent. Bienheureux ceux et celles qui savent le percevoir. Plus tôt nous percevrons cette alchimie, plus vite nous pourrons nous libérer de la souffrance ; celle que nous ressentons et celle que nous infligeons aux autres à notre insu.

Que notre vie soit empreinte d’une constante vigilance et d’une présence permanente afin de poser à chaque instant l’acte juste, la pensée juste et la parole juste pour le bien de tous et dans le souci de se Libérer du samsara (succession d’existences et d’expériences répétitives résultant de notre ignorance).

Roland Delsa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *